Pour que la recherche soit utile à l’élaboration des politiques sociales

Pour que la recherche soit utile à l’élaboration des politiques sociales

Le Pôle de recherche national LIVES – Surmonter la vulnérabilité : perspective du parcours de vie (PRN LIVES) souhaite promouvoir le dialogue entre recherche et action. Il organise dans ce but une table ronde ouverte au public le 21 juin 2013 à Genève, où d’éminentes personnalités du monde politique et du domaine social débattront avec des universitaires, sous la houlette de la journaliste Esther Mamarbachi. En prenant l’exemple des politiques familiales, les intervenants tenteront d’identifier les domaines où de nouveaux instruments sont nécessaires pour faire face à l’évolution des structures et parcours familiaux. Ils discuteront des moyens d’arriver à de meilleurs transferts de connaissances entre chercheurs, décideurs et responsables d’organismes sociaux.

La table ronde du 21 juin à Uni Mail - « Comment allier sciences sociales et société ? L’élaboration des politiques familiales en question » - réunira diverses personnalités représentant la sphère politique, le domaine social ou la communauté académique : Jean Blanchard, secrétaire général du Mouvement populaire des familles, Liliane Maury Pasquier, conseillère aux Etats (PS/GE) et vice-présidente de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique, Lucrezia Meier-Schatz, conseillère nationale (PDC/SG) et directrice de Pro Familia, Sylvie Reverdin-Raffestin, directrice de Pro Juventute Genève et présidente de la Commission cantonale de la famille, Walter Schmid, directeur du Département de travail social à la Haute école spécialisée de Lucerne et président de la Conférence suisse des institutions d’action sociale, et enfin Dario Spini, professeur de psychologie sociale à l’Université de Lausanne et directeur du PRN LIVES.

Dans le public, de nombreux chercheurs seront présents, car l’événement interviendra au terme de deux jours de conférence scientifique consacrée au thème des ressources pour surmonter la vulnérabilité. Animée par Esther Mamarbachi, habituée à la conduite de débat dans le cadre de l’émission Infrarouge de la Radio Télévision Suisse, la table ronde est très attendue par les organisateurs de la 2e conférence internationale du PRN LIVES : selon Floriane Demont, membre du comité scientifique de la conférence et responsable des questions d’égalité au sein du PRN LIVES, « l'intérêt de cette table ronde est d’être le plus possible en prise avec les préoccupations des parties-prenantes sur le sujet des politiques familiales, de mieux comprendre leurs besoins, afin que la recherche académique puisse y répondre, et de faire connaître également LIVES et ses compétences dans ce domaine, afin de tisser des liens et de pouvoir par la suite échanger sur ces questions. »

Mesures sociopolitiques innovantes

C’est là un enjeu important pour le PRN LIVES. Car s’il a obtenu le soutien du Fonds national suisse de la recherche scientifique, c’est en partie en raison de son ambition de favoriser des avancées en matière de lutte contre la vulnérabilité par l’émergence de mesures sociopolitiques innovantes. Mais pour cela, encore faut-il que les résultats de ses études atteignent les décideurs. En outre, l’objet même de ces recherches ne peut que gagner à être inspiré par les réalités du terrain. Les chercheurs veulent donc tisser davantage de liens avec les acteurs sociaux, témoins des vrais besoins des populations vulnérables. Le moyen de garantir ces allers retours constants entre recherche et action reste à mettre en œuvre.

Les organisateurs de la conférence LIVES ont estimé que le thème des politiques familiales était particulièrement indiqué pour créer ces ponts entre recherche et action. Car les structures et parcours familiaux ont énormément changé en 30 ans, posant de nouveaux défis, par exemple dans la poursuite d’un équilibre entre vie professionnelle et familiale, ou encore en raison de la précarité vécue par un certain nombre de familles, notamment monoparentales et/ou migrantes. La question d’inventer de nouveaux instruments législatifs et institutionnels se pose alors. Et la recherche peut agir comme force de proposition, si de nouveaux canaux de transmission sont mis en œuvre pour motiver des enquêtes et communiquer leurs résultats.

Rapprocher le monde académique des décideurs et de la société civile pour forger les bases d’une recherche en sciences sociales véritablement utile à la société : au PRN LIVES, la table ronde du 21 juin se veut un premier pas dans ce sens.