Is it good to have a stay-at-home mom ? - LINES/LIVES Research Seminar

As part of the LINES/LIVES research seminars of spring 2020 : "Parcours de vie et inégalités", Giulia Dotti Sani will give a presentation entitled : "Is it good to have a stay-at-home mom ? Parental childcare time and work-family arrangement in Italy, 1988-2014".

  • Title : Is it good to have a stay-at-home mom ? Parental childcare time and work-family arrangement in Italy, 1988-2014.
  • Lecturer : Giulia Dotti Sani, Università degli studi di Milano, Italy 
  • Date : Tuesday 17 March 2020, 12:15 - 13:30 
  • Location : Geopolis building, room 5799 
  • Hosts : Daniel Oesch and Alessandro Di Nallo 
  • Themes : Social stratifications and cumulative inequalities; Gender inequalities; Family reconfiguration 

The partner pay gap - LINES/LIVES Research Seminar

As part of the LINES/LIVES research seminars of spring 2020 : "Parcours de vie et inégalités", Vanessa Gash will give a presentation entitled : "The partner pay gap - associations between spouses’ relative earnings and life satisfaction among couples in the UK".

  • TitleThe partner pay gap - associations between spouses’ relative earnings and life satisfaction among couples in the UK.
  • Lecturer : Vanessa Gash, Univesity of London, United Kingdom 
  • Date : Tuesday 19 May 2020, 12:15 - 13:30 
  • Location : Geopolis building, room 5799 
  • Host : Leen Vandecasteele
  • Themes : Social stratifications and cumulative inequalities ; Gender inequalities and intersectionality ; Family reconfiguration 

Personality development in the context of major life transitions - LINES/LIVES Research Seminar

As part of the LINES/LIVES research seminars of spring 2020 : "Parcours de vie et inégalités", Manon A. van Scheppingen will give a presentation entitled : "Personality development in the context of major life transitions".

  • Title : Personality development in the context of major life transitions.
  • Lecturer : Manon A. van Scheppingen, Universiteit van Tilburg, Nederlands
  • Date : Tuesday 16 june 2020, 12:15 - 13:30 
  • Location : Geopolis building, room 5799 
  • Host : Nicolas Sommet
  • Themes : Modeling of trajectories and transitions

Understanding Gender in Wealth Inequality - Humboldt-Universität - 1,2 October 2020

The "Understanding Gender in Wealth Inequality" workshop has issued a call for papers for the event that will take place on 1-2 October 2020 at the Humboldt-Universität in Berlin. The deadline is 30 April 2020.

Overview:

Gender inequalities in education and labour market achievements have narrowed in the last decades in most Western countries. Nevertheless, the gender gap persists in terms of economic outcomes such as income and wealth, as women have substantially lower lifetime earnings and hold less financial, housing and pension wealth than men on average. An increasing number of studies have provided empirical evidence for the gender pay gap and the motherhood penalty during early and mid-adulthood. Despite the cumulative effect of wealth, gender disparities in wealth accumulation remain largely under-researched. Furthermore, wealth is often studied at the household level and assumed to be shared equally within households, which masks any inequality within households.

Therefore, this workshop will consider two different aspects of gender wealth inequality: between households and within the household. Understanding the multiple dimensions of gender wealth inequality is critical, as these inform how and to what extent wealth inequality is linked to women’s economic autonomy and freedom of choices over the life-course.

The workshop:

This two-day workshop has two goals. First, it aims to enhance the understanding of gendered patterns, mechanisms, and consequences of wealth inequality. Second, it brings a multidisciplinary group of early-career researchers to develop a collective research agenda concerning conceptual issues, methodological challenges and policy implications in this area of study.

Questions that may be addressed include:

  • What are the challenges and potential solutions in measuring wealth within households?
  • What are the recent trends and patterns of the gender wealth gap in a country-specific or a comparative perspective over time?
  • What are systematic gender (dis)advantages and to what extent do they explain wealth inequalities between men and women?
  • How do the differences in men’s and women’s life courses explain different wealth accumulation patterns?
  • How do individuals within couples define personal and joint wealth? To what extent is wealth becoming individualised and how does this affect gender inequality in wealth?
  • How and to what extent do partners share wealth? (including at the point of different life course events, such as divorce or separation)

The workshop will consist of individual presentations in thematically organised sessions, as well as additional networking sessions in which participants will have opportunities to connect and discuss future collaborations. Confirmed keynote speakers are Sofie R. Waltl (Assistant Professor, Vienna University of Economics and Business and the Luxembourg Institute of Socio-Economic Research, LISER) and Céline Bessière (Professor, Université Paris-Dauphine).

Abstract submission:

We invite early-career researchers using qualitative or quantitative methods in Social Policy, Sociology, Economics, Law, Psychology and related disciplines to submit abstracts (up to 500 words) for presentations at the workshop by 30 April 2020. You will be notified about the acceptance of your abstract by 1 June 2020. All participants are required to submit a full paper or current draft prior to the workshop. Please send your Curriculum Vitae (CV) and paper abstract to gender.wealth@gmail.com.

The workshop is free of charge. Participants are responsible for funding their own travel and accommodation costs. Financial assistance may be available for a limited number of participants. The workshop is funded by the European Consortium for Sociological Research (ECSR) Network Workshop Grant.

Organising committee:

Ellie Suh (University of Oxford & CASE, London School of Economics), Nicole Kapelle (Humboldt-Universität zu Berlin & University of Queensland), Theresa Nutz (Humboldt-Universität zu Berlin), Daria Tisch (Humboldt-Universität zu Berlin) and Andreas Weiland (Universität Mannheim)

Les foyers monoparentaux neuchâtelois à l’aide sociale au regard d’une étude du Pôle de recherche LIVES

Les foyers monoparentaux neuchâtelois à l’aide sociale, selon une étude du PRN LIVES « Surmonter la vulnérabilité : perspective du parcours de vie », sont en général gérés par des femmes faisant face à des problématiques multiples. En effet, les entretiens menés avec des mères seules indiquent un cumul de désavantages au fil du parcours de vie en lien avec l’origine sociale, une scolarisation in-complète, des problèmes de santé, une expérience migratoire ou encore des inégalités dans la vie de couple.

Le premier volet de l’étude, quantitatif, donne un aperçu du profil de la population concernée pour l’année 2016 à partir de la base de données cantonale sur les bénéficiaires de l’aide sociale économique (ASE). Selon ce recensement, dans plus de 90% des cas, elle se compose d’une mère seule d’environ 40 ans et de ses enfants. Ces familles habitent davantage dans les zones les plus urbanisées du canton. Les cas de veuvage sont très rares.

La plupart des monoparents est dans une unité d’assistance comprenant un seul enfant dépendant et l’enfant plus jeune a en moyenne 9 ans et demi. Plus d’un cinquième des parents est occupé et travaille souvent à temps partiel. Un peu plus de la moitié des foyers monoparentaux bénéficiaires de l’ASE dans le canton de Neuchâtel sont de nationalité suisse, alors qu’un quart sont des ressortissants d’un pays européen.

Enfin, seule une petite minorité de bénéficiaires parvient à quitter l’ASE en moins de douze mois et la presque totalité des foyers restent à l’assistance sur le long terme. Dans les foyers bénéficiaires où des pères sont à la tête du foyer, on retrouve globalement les mêmes caractéristiques de profil de la population totale (mères et pères).

La sortie de l’aide sociale entravée par le travail et la santé

Les deuxième et troisième volets de l’étude mettent en évidence les facteurs qui peuvent contribuer à entrer à l’aide sociale et en ressortir. Ces volets sont basés sur des entretiens avec des bénéficiaires des prestations sociales et des professionnel-le-s qui œuvrent dans ces services sociaux. Tous les répondants pointent du doigt des difficultés multiples qui se cumulent et s’imbriquent au long du parcours de vie, jusqu’à ce qu’un élément déclencheur (perte d’emploi, fin de droits de l’assurance-chômage, séparation/divorce, etc.) les rende difficile à gérer et mène les personnes à dépendre de l’aide sociale économique. Ainsi, l’importance du versement et des montants des pensions alimentaires est soulignée autant par les bénéficiaires que par les professionnel-le-s du travail social.

Le manque de solutions de garde fiables est souvent évoqué, rendant difficile la poursuite d’une activité professionnelle pour les parents seuls. Parmi les facteurs pouvant empêcher la sortie de l’assistance, il y a le fait de travailler dans des secteurs offrant peu d’emplois, des problèmes de santé physique ou encore l’âge relativement avancé des bénéficiaires pour le marché de l’emploi. En outre, la perspective de devenir saisissables en cas de sortie du dispositif, pour les bénéficiaires ayant des dettes, peut engendrer une incitation à rester à l'aide sociale.

Prévenir, soutenir et former pour s’en sortir

L’étude révèle l’importance d’un travail en amont pour prévenir le cumul de désavantages. En l’occurrence, il s’agit d’agir dans de multiples domaines de vie : scolarisation, santé psychique, insertion sociale et professionnelle, etc. Par ailleurs, il est important que le soutien financier de l’aide sociale soit pris en compte par des politiques de conciliation famille-travail spécifiques aux besoins des parents en situation de monoparentalité. Du point de vue des bénéficiaires, des solutions d’aide plus adaptées aux différents types de bénéficiaires seraient souhaitables, selon le secteur d’emploi par exemple, et notamment sous forme de formations complémentaires non couvertes actuellement par l’aide sociale.

Cette recherche a été effectuée en partenariat avec l’Office de la politique familiale et de l'égalité du Canton de Neuchâtel et menée par la Dre Ornella Larenza sous la direction de la Prof. Laura Bernardi (Université de Lausanne, PRN LIVES). Elle étudie les multiples facettes des foyers monoparentaux neuchâtelois à l’aide sociale. Après un doctorat auprès du Pôle national de recherche LIVES, la Dre Ornella Larenza est aujourd’hui chercheuse à la Haute école spécialisée du Tessin (SUPSI).

L’intégralité de l’étude est disponible sur notre page « Rapports, partenariats, évènements ». Toute question à ce propos peut être adressée à l’auteure de l’étude.

Ornella Larenza, PhD
Ricercatrice

SUPSI - Scuola universitaria professionale della Svizzera italiana
DEASS - Dipartimento economia aziendale, sanità e sociale
http://www.supsi.ch/deass
Palazzo E, Via Cantonale 16e
CH-6928 Manno
Ufficio 206
+41 (0)58 666 6729

ornella.larenza@supsi.ch

Journées internationales de sociologie du travail 2020 : Les frontières du travail : déplacements, brouillages et recompositions

Les 17ème Journées internationales de sociologie du travail (JIST), co-organisées par le PRN LIVES, se dérouleront du 4 au 6 novembre 2020 à l’Université de Lausanne. La thématique de cette année est : « Les frontières du travail : déplacements, brouillages et recompositions ». Dans ce cadre, les JIST 2020 lancent un appel à communication jusqu’au 30 avril 2020.

Cette année les JIST se penchent sur la thématique des « frontières ». Il s’agit de réfléchir aux frontières du travail à la fois dans un sens matériel et institutionnalisé (frontières nationales, groupes professionnels, statuts d’emploi…) mais aussi dans un sens symbolique et informel (travail d’organisation et d’exécution, travail « féminin » et « masculin »…). Cet événement souhaite ainsi privilégier une réflexion sur les recompositions en cours autour des catégories et catégorisations de travailleurs et de travailleuses.

Appel à communication

Les JIST ont lancé un appel à communication à cette occasion. Les organisateurs sont particulièrement intéressés à recevoir des projets interrogeant les recompositions actuelles du monde du travail en analysant l’évolution de ses frontières. Voici les informations et différentes dates importantes quant à cet appel à communication :

  • Date limite de proposition de communication : 22 mai 2020 
    Envoi d’un résumé de 2 500 signes maximum (espaces compris), présentant la problématique, le cadre théorique, les supports empiriques et les principaux résultats. Ce résumé comportera un titre et trois à cinq mots clés. Rédigé de préférence en français (ou en anglais ou en espagnol) il sera déposé sur la plateforme : http://www.unil.ch/jist2020
  • Réponse du Comité scientifique : début juin 2020
  • Diffusion du programme final : début août 2020
  • Date limite d’envoi du texte final de la communication : 1er octobre 2020
    D’une longueur de 30 000 à 50 000 signes (espaces compris), rédigé de préférence en français (ou en anglais ou en espagnol), le texte final de la communication sera adressé à : jist2020@unil.ch
  • Journées internationales de sociologie du travail : 4-6 novembre 2020

Une liste de pistes analytiques, un programme prévisionnel ainsi que d’autres informations relatives à ces journées sont disponibles sur le site internet de l’événement ou alors via le document disponible ci-dessous.

Contact
jist2020@unil.ch

Public lecture by Prof. Marc Scott (NYU) - Sequence analysis and life course studies

Public lecture by Prof. Marc Scott (NYU) - Sequence analysis and life course studies

Prof. Marc Scott, from New York University, will give a public lecture during NCCR LIVES Doctoriales on 5 February 2020, "Both sides now: Methodological frameworks for objectives and challenges in sequence analysis".

Methods and models for life course studies are guided by the principle that progress through life is contextual and multi-dimensional. This poses the challenge of distilling large sequences of events into meaningful factors that can be related to other dimensions of the life course. Due to the categorical and temporal characteristics of these events, the field of sequence analysis developed to address fundamental social science questions emerging from rich longitudinal studies. These include questions that are relatively easy to state, but hard to specify and answer, such as to what extent does early life history matter in shaping events in later adulthood? More generally, how do we relate the full content of life experiences (literally the information contained within them) to subsequent outcomes, or across concurrent dimensions? We discuss current and developing frameworks that address these methodological challenges, comparing and contrasting them in the context of patterns in cohabitation and professional status (early home life, education, work and family) using the Swiss Household Panel.

Venue

5 February 2020
16.15 - 17.30
UNIL Géopolis, room 2137

9e édition des Doctoriales du Pôle de recherche national LIVES

9e édition des Doctoriales du Pôle de recherche national LIVES

Dix-huit jeunes chercheurs et chercheuses inscrits au Programme doctoral du PRN LIVES présentent les mardi 4 et mercredi 5 février 2020 à Lausanne leur projet de thèse devant des expert·es internes et externes.

La 9e édition des Doctoriales du Pôle de recherche national « LIVES – Surmonter la vulnérabilité, perspective du parcours de vie » se tiendra à l’Université de Lausanne, Géopolis, les 4 et 5 février 2020.

Au cours de ces deux journées, les doctorant·es inscrits au Programme doctoral LIVES présenteront l’avancement de leur recherche. Des expert·es internes et externes à LIVES sont mobilisés pour les écouter et commenter leur projet, amenant ainsi une expertise interdisciplinaire aux jeunes chercheur·es.

Les thématiques traitées par les thèses en cours portent sur de nombreux domaines couverts par le PRN LIVES, tels que la santé, le vieillissement, la migration, les trajectoires professionnelles, la famille, les réseaux interpersonnels, les structures sociales et la méthodologie.

Cet évènement est clôt par une conférence publique de Marc Scott, Professeur de statistiques appliquées de l'Université de New York, "Both sides now: Methodological frameworks for objectives and challenges in sequence analysis".

10TH ALPINE POPULATION CONFERENCE

10TH ALPINE POPULATION CONFERENCE

The next Alp-Pop conference will take place on January 19-22, 2019 in La Thuile, Aosta Valley, Italy. It brings together scholars interested in population issues across several disciplines, including demography, economics, epidemiology, political science, sociology and psychology.

The conference emphasizes empirical rigor and innovation over a given topic or geographical area, and meets the challenges of interdisciplinary and international audiences. Inquiries can be addressed via email to: alp.pop@unibocconi.it.

The confirmed key-note speakers for the 2020 Conference are:

  • Hilary HOYNES (University of California Berkeley)
  • Jan VAN BAVEL (University of Leuven)

Alp-Pop scholars confer both formally and informally. A traditional conference program (paper and poster presentations) mixes with group activities in a world-class winter resort. The conference location, the Hotel Planibel in La Thuile (Aosta Valley), is next to the ski-slopes, and is in close proximity to the airports of Geneva and Torino/Milano.

Participants are expected to seek their own funding. Special-rate rooms have been reserved at the conference hotel with arrival on January 19 (conference starts in the afternoon) and departure on January 22 (the conference will end in the late morning). Participants will receive information on how to reach La Thuile and regular updates on the conference organization.

Organizing committee: 

  • Arnstein Aassve (Dondena Center for Research on Social Dynamics and Public Policy, Bocconi University)
  • Massimo Anelli (Dondena Center for Research on Social Dynamics and Public Policy, Bocconi University)
  • Nicoletta Balbo (Dondena Center for Research on Social Dynamics and Public Policy, Bocconi University)
  • Laura Bernardi (Swiss National Center for Competence in Research LIVES, University of Lausanne)
  • Francesco Billari (Dondena Center for Research on Social Dynamics and Public Policy, Bocconi University)
Les héritages en Suisse augmentent mais leur imposition diminue

Les héritages en Suisse augmentent mais leur imposition diminue

Le volume des héritages en Suisse devrait atteindre un montant record de 95 milliards de francs en 2020, ce qui représente en moyenne environ 11'000.- par habitant. Selon le dernier rapport de la revue Social change in Switzerland, l’héritage joue un rôle de plus en plus important dans la fortune des Suisses, la moitié de la fortune provenant de l’héritage. Parallèlement, l’imposition sur les successions a globalement baissé pour arriver à une moyenne de 1,4% contre 4,1% en 1990 dans un contexte de crainte d’exode fiscale. Avec son article, Marius Brülhart montre que cette crainte ne s’est pas vérifiée et que la succession représente donc une base imposable inexploitée.

95 milliards, c’est la somme totale des héritages en Suisse projetée pour 2020. Ce montant représente aujourd’hui la moitié de la fortune. Mais cette somme importante est de moins en moins soumise à la taxation. En Suisse, l’impôt sur la succession est passé à 1.4% en moyenne contre 4.1 % en 1990, certains cantons ayant même aboli cette taxe. La baisse s’explique en partie par la concurrence fiscale qui a a été un argument fort des différentes votations à ce sujet. Mais la crainte que les fortunes déménagent dans un autre canton en cas d’imposition trop forte sur la succession n’est que « présumée », comme le prouve Marius Brülhart, professeur en économie à l’Université de Lausanne. La concurrence fiscale entre les cantons a ainsi engendré une base imposable inexploitée non négligeable qui pourrait être utilisée pour investir dans de futures prestations publiques, et ce sans effets secondaires majeurs. Avec un retour au taux d’imposition de 1990 (4.1%), chaque canton pourrait dégager 2.5 milliards de francs.

Des héritiers toujours plus âgés

Les Suisses touchent leur héritage de plus en plus tard dans leur vie. 60% des bénéficiaires sont des personnes de plus de 60 ans. La tendance en matière de donations lors de la vie est également à la hausse et représente aujourd’hui 30 à 40 % du volume total des héritages. L’impact des héritages sur les inégalités sociales doit encore faire l’objet d’études. En revanche, les inégalités en matière de répartition de la fortune augmentent en Suisse. 1% de la population détient aujourd’hui plus de 40% de la fortune privée totale contre env. 32% en 1982.

La série Social Change in Switzerland documente l’évolution de la structure sociale en Suisse. Elle est éditée conjointement par le Centre de compétences suisse en sciences sociales FORS, le Centre de recherche sur les parcours de vie et les inégalités LINES et le Pôle de recherche national LIVES – Surmonter la vulnérabilité: perspective du parcours de vie. Le but est de retracer le changement de l’emploi, de la famille, des revenus, de la mobilité, du vote ou du genre en Suisse. 

Nos meilleurs voeux pour 2020!

Nos meilleurs voeux pour 2020!

Le PRN LIVES vous souhaite que 2020 marque le début d’un parcours plein de merveilleuses surprises.

Nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année !

Retrouvez la version animée de cette carte sur notre plateforme Vimeo. 

Dario Spini, Directeur

Eric Widmer, Co-directeur

Colloque LINES / LIVES "Parcours de vie et inégalités sociales"

The Effect of Unemployment Insurance Design on Low Birth Weight and on Partners’ Work Effort

Introduction of the SNF research project, “Family Models and Unemployment: How Intra-Household Economics Moderate the Effects of Unemployment Insurance Design” and presentation of some results from the first two papers. Both papers use quasi-experimental designs looking at changes in unemployment insurance benefits (UI) and use administrative data. In the first paper, the researchers explore how partners within a household support each other during periods of unemployment and how that changes as unemployment insurance benefits erode. It is known that in low-earning or young married households, women increase their incomes when their husbands lose their jobs, called the “Added Worker Effect” or AWE. However, it is not known whether the AWE exists for men nor whether it holds in non-traditional families—a rapidly growing demographic. In this paper the researchers examine the AWE effect for men and for those in non-traditional families. After examining the overall AWE, they consider changes when UI is reduced. In the second paper, they explore the impact of UI generosity on birthweight. It has been shown that UI generosity contributes to better health. However, they do not know: whether these effects extend to family members of the unemployed and whether health effects of UI vary depending on partners’ income. This study addresses these gaps by examining how UI reductions impact the birth weight of children of both women who are themselves unemployed and those who have unemployed partners, for both considering whether partner income buffers the detrimental effects of UI cuts.

Le chez-soi : une ressource-clé pour les seniors

Le chez-soi : une ressource-clé pour les seniors

La 4e édition de "Age Report - Habitat et vieillissement : Réalités et enjeux de la diversité" explore la question de l’habitat chez les personnes âgées en Suisse. Ce rapport co-dirigé par Dario Spini (PRN LIVES) prouve la centralité du chez-soi dans la vie des seniors. La satisfaction des seniors en matière de logement a globalement augmenté mais de grandes inégalités restent, selon les régions linguistiques et entre ville et campagne. Ceci est notamment lié à la situation économique variable des seniors, une personne âgée sur cinq étant à risque de précarité financière. Le rapport présente des recommandations et des enjeux pour le futur des personnes âgées en Suisse, une population qui ne cesse de croître.

La satisfaction liée à la condition de logement n’a cessé d’augmenter depuis 2003, ceci grâce au confort du logement lui-même, au voisinage, à l’environnement mais aussi à l’attachement au lieu de vie. Malgré ces améliorations, l’habitat reste un enjeu de taille, surtout pour les personnes âgées les plus vulnérables. En effet, une personne âgée sur cinq risque la précarité financière. D’après cette étude, les bénéficiaires de l’AVS en Suisse sont globalement satisfaits de leur situation financière, bien qu’il existe de grandes différences selon les régions linguistiques. Ce sentiment est en effet inférieur en Suisse romande et au Tessin.

Le rapport présente également plusieurs recommandations et enjeux concernant la population grandissante de personnes âgées en Suisse.

  • Garantir la sécurité matérielle - L’habitat devrait être un lieu susceptible de pouvoir répondre aux besoins en termes de qualité de vie de l’ensemble des personnes âgées, indépendamment de leurs spécificités ou vulnérabilités potentielles.
  • Intégrer le réseau interpersonnelLa famille et le réseau interpersonnel des seniors contribuent à la réflexion sur le lieu de vie à privilégier (appartement, soins à domicile, EMS, etc.). La prise en compte de ces relations est importante pour améliorer la qualité de vie des seniors. 
  • Envisager des alternatives - Des alternatives au domicile traditionnel et aux EMS devraient être développées, ceci afin de mieux répondre aux besoins spécifiques des seniors, pour qui rester chez soi reste une priorité. Des propositions comme des colocations ou des unités spécialisées dans les EMS sont ainsi évoquées.
  • Impliquer les seniors dans la prise de décision - L’EMS peut être considéré comme un espace semi-privé, où beaucoup de décisions sont prises pour les seniors et leur lieu de vie, parfois sans les consulter. Le rapport invite à y réfléchir afin de garantir leur épanouissement et le respect de leur sphère privée.

De manière plus générale, l’ouvrage veut encourager la réflexion sur les lieux de vie des personnes âgées, en tenant compte de leur grande diversité, et propose d’y réfléchir en incluant le plus de facteurs d’influence possible. Les recherches menées dans le cadre de l’Age Report sont un outil de travail primordial pour les professionnels de terrain et les représentants des autorités publiques. 

L’Age Report IV - Habitat et vieillissement : Réalités et enjeux de la diversité, est la 4ème édition d’un rapport s’intéressant à la population de personnes âgées en Suisse. Co-dirigé par François Höpflinger (Université de Zurich), Valérie Hugentobler (Haute école de travail social et de santé Vaud) et Dario Spini (PRN LIVES), cet ouvrage est publié par la fondation Age-Stiftung et soutenu par la fondation Leenaards. Basé sur plus de 2'500 entretiens et couvrant les différentes régions linguistiques suisses, le rapport se focalise dans le cadre de cette édition sur le lieu de vie.  

Risque accru de chômage de longue durée pour les travailleurs âgés

Risque accru de chômage de longue durée pour les travailleurs âgés

En Suisse, les seniors souffrent de discriminations lors des processus de recrutement. Bien que moins déterminant pour les emplois de cadres, l’âge semble être un élément déterminant pour décrocher un contrat de travail. Les employés en fin de carrière qui retrouvent un travail font par ailleurs d’importantes concessions au niveau salarial.

Menée par le prof. en sociologie Daniel Oesch, cette étude montre que les employeurs tendent à préférer des profils plus jeunes pour des emplois impliquant des tâches routinières ou physiquement exigeantes. En effet, bien que présente dans toutes les catégories d’emploi, cette discrimination est observée de façon légèrement différente parmi les ouvriers, touchés dès 50 ans, et les cadres, qui pâtissent de ces difficultés 5 ans plus tard.

Par ailleurs, un autre frein à l’engagement de collaborateurs expérimentés est le salaire. Bien que les employeurs affirment que le salaire doit augmenter avec l’expérience professionnelle, ils ne sont pas prêts à faire cet investissement et continuent à favoriser l’engagement d’employés plus jeunes. Les données récoltées démontrent que, contrairement aux travailleurs plus jeunes, les seniors qui trouvent un nouvel emploi font le sacrifice d’une part importante de leur dernier revenu, allant jusqu’à 17%.

Les personnes de plus de 50 ans sont moins nombreuses à être inscrites au chômage que les jeunes en début de carrière, pour qui passer par la « case chômage » est plus fréquent, mais qui rebondissent plus facilement. Cette étude démontre que la durée du chômage ainsi que ses conséquences et les vulnérabilités induites sont plus importantes pour les personnes proches de l’âge de la retraite. Dans un contexte où les gouvernements d’Europe, dont la Suisse, tendent à augmenter l’âge de la retraite, il est urgent d’adresser ces thématiques afin que les travailleurs en fin de carrière puissent se réinsérer plus facilement sur le marché du travail.

* LIVES Working Papers est une série en ligne de publications en cours. Chaque article ne fait l'objet que d'un examen limité. Les auteurs sont responsables de la présentation des faits et des opinions qui y sont exprimées, lesquelles ne reflètent pas nécessairement celles du Pôle de national de recherche LIVES.

GT 29 AISLF Théories critiques - sociologies critiques (Tunis 6-10 juillet)

L'AISLF (Association internationale des sociologues de langue française) lance un appel à communications pour le Congrès GT29 - Théories critiques, sociologies critiques - qui se tiendra à Tunis, du 6 au 10 juillet 2020.

Informations et délais

Un espace public fragmenté ? Les médiations de la critique en question

L’espace public s’est constitué comme intermédiaire entre la sphère privée et le pouvoir politique (État). Il exige des sujets qu’ils fassent un «usage public de leur raison», en exerçant leurs capacités de jugement et de critique sur des questions d’intérêt général. De la part des participant·e·s, cela suppose une aptitude à formuler des énoncés sous la modalité du raisonnement public, et d’élever des propositions générales recevables par un public élargi. Prendre part à cette dynamique de formulation publique suppose une attitude critique. Cette aptitude à adopter le point de vue d’un « autrui généralisé », la posture générale d’un public composé d’agents délibératifs, renvoie en outre à une morale publique. Elle est le soubassement d’une critique politique du pouvoir et l’instance d’un contre-pouvoir.

Les expériences négatives et les blessures morales n’ont, en revanche, pas ce degré de généralité : elles sont situées, elles engagent des corps, des émotions et des sensibilités pratiques. Les travaux sur les « contre-espaces-publics » ont mis en évidence la nécessité d’une telle affirmation de particularité pour faire exister ces critiques. Pour être audibles publiquement, un travail de formulation et de construction de généralité s’impose. Des processus et des espaces ancrés de coordination, de construction et de médiation de la critique sont donc nécessaires. Le travail pratique d’expression, de formulation, et de généralisation rend cette expérience publiquement exprimable. Ce processus médiateur est nécessaire pour passer de l’expérience morale négative à l’expression publique et à la critique au sein d’un espace public politique. Associations, syndicats, organisations politiques, sont autant d’instances de traduction d’une critique pratique (personnelle, singulière) en une critique publique et politique.

À l’heure de la « crise des médiations », mais aussi de l’explosion des revendications de singularité, et d’une tendance du pouvoir politique à se replier sur lui-même en se fermant aux exigences de la société, ce travail de médiation de la critique semble compromis de toute part. Lorsqu’il est fermé à toute contestation et sourd à toute critique, le pouvoir politique alimente d’ailleurs de tels processus de repli – en inhibant d’emblée toute contribution issue des espaces informels d’expression et de mobilisation.

Un des risques de cette situation est la fragmentation de l’espace public en sous-espaces d’expression confinés. Cela peut être le cas des espaces délibératifs en ligne qui s’articulent autour d’une affirmation de singularités propres à des sous-espaces spécifiques. Cela peut être aussi le cas d’autres processus par lesquels les logiques expressives exclusives restent consignées à des espaces restreints, sans articulation publique et politique. Le risque est alors une fragmentation de l’espace public en sous-espaces singuliers incapables de porter des critiques et des revendications capables d’atteindre un degré de généralité pour être recevables dans un public politique élargi. L’espace public perd alors sa capacité à être un contre-pouvoir et le lieu d’un « pouvoir communicationnel ». L’essoufflement des médiations de la critique et l’incapacité croissante des espaces intermédiaires à assurer leur rôle de « caisses de résonance » de la critique pratique rend cette tâche d’autant plus ardue. C’est une des menaces qui pèsent à l’heure actuelle sur l’espace public.

Habitat et liens sociaux: quels enjeux pour les seniors?

Habitat et liens sociaux: quels enjeux pour les seniors?

L'espérance de vie augmente et avec elle, les défis liés aux lieux de vie des seniors. Le Rendez-vous Leenaards âge & société 2019 se penche sur ces questions le jeudi 28 novembre, de 16h30 à 18h30, à Pully (évènement gratuit et ouvert à tous, sur inscription).

Animé par Blaise Willa, rédacteur en chef du magazine générations, ce Rendez-vous Leenaards sera l’occasion de présenter les projets lauréats du Prix "Qualité de vie 65+" 2019 – soutenus pour un montant total de plus de 1 million CHF – et des initiatives pilotes en cours sur le thème de l'habitat. Cet événement public offrira une plateforme de discussion sur les principaux enjeux liés à l’habitat des seniors en Suisse romande avec notamment le Prof. Dario Spini (Directeur du PRN LIVES) et Fabrice Ghelfi, Directeur de la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) du Canton de Vaud. 

A cette occasion, les résultats de l’Age Report IV – vaste enquête menée auprès de plus de 2500 personnes âgées sur leurs aspirations en matière de logement – seront également présentés (www.age-report.ch/fr/) par la Prof. Valérie Hugentobler (Haute école de travail social et de santé, HETSL), co-auteure de l'ouvrage.

Plus d'informations sur le Rendez-vous Leenaards âge & société

Inscriptions sur www.leenaards.ch/rdvas28nov2019

Refugee routes: soirée d'information sur le Sri Lanka

Refugee routes: soirée d'information sur le Sri Lanka

Cette soirée "Refugee Routes" aura lieu le 26 novembre prochain à Berne et le 27 novembre à Lausanne et traitera de la situation des réfugiés sri lankais. Ces soirées, organisées par l’OSAR avec le soutien du Pôle de recherche national LIVES, ont pour but de mieux comprendre la situation des réfugiés en Suisse, les raisons qui les ont poussés à l’exil et leurs conditions d’accueil en Suisse. Elles s’adressent à toute personne intéressée, en particulier dans les milieux associatifs et institutionnels.

Les présentations seront dédiés à la situation sri lankaise, où d'anciennes tensions intercommunautaires entre musulmans et bouddhistes sont ravivées suite aux attentats d'avril 2019. 

Du passé historique au présent vécu par les réfugiés

Lors de l'évènement, présenté par Mme Catia Luperto à Lausanne et le Dr. Pascal Maeder à Berne du PRN LIVES, des experts de l'OSAR présenteront le contexte et la situation sécuritaire du pays ainsi que les pratiques des autorités suisses en matière d'asile. Enfin, la parole sera donnée également à une personne migrante originaire du Sri Lanka qui témoignera de son histoire en tant que réfugié·e en Suisse.

Informations pratiques - Lausanne

  • Adresse: Espace Dickens, Avenue Charles Dickens 4, 1006 Lausanne
  • Tarif: 20.- CHF/personne
  • Renseignementsadmincours@osar.ch

>> Inscriptions obligatoires (nombre de places limité).

Praktische Informationen - Bern

  • Ort: 3. Stock, Schweizerische Flüchtlingshilfe SFH, Weyermannsstrasse 10, 3008 Bern 
  • Tarif: 20.- CHF pro Person
  • RenseignementsKursadmin@fluechtlingshilfe.ch

>> Obligatorische Anmeldung 

Extended family relationships: What are they in late modernity?

The European Sociological Association (ESA) Research Network "Sociology of Families and Intimate Lives" (RN13) is inviting submissions to its Interim Meeting 2020 at Palacký University, Olomouc, Czech Republic, 15th – 17th June, 2020

The conference puts the focus on family relationships. The call to “think relationally “ resonates in numerous influential works in contemporary sociology of the family. Family sociologists have heard the appeal “to go beyond the nuclear family” and have been seeking to explain or understand the relationships within the extended family framework. Empirical research has shown that notwithstanding increased family diversity, highly diversified family patterns, values and practices, the extended family has not completely disappeared. More recently, the life course perspective also emphasized the importance of contextualizing family relationships within their historical and spatial dimensions. 

Submission and venue information

  • Papers and deadline: Empirical and theoretical papers are welcome. Abstracts of max. 800 words outlining (as appropriate) the research question, theoretical approach, data, methodology, and research findings should be submitted via the conference website esarn13.upol.cz by 16 December 2019.
  • Keynote speaker: François de Singly, Professor Emeritus of Sociology at the Faculty of Humanities and Social Sciences of the Sorbonne University of Paris Descartes, Center for Research on Social Relations (CERLIS). 
  • Local organizer: Dana Sýkorová, Faculty of Arts, Palacký University Olomouc (dana.sykorova@upol.cz). 
  • Conference emailesarn13.interim2020@gmail.com

Selected papers of the ESA RN13 IM 2020 in Olomouc will have the opportunity to be published in a special issue of the journal Social Inclusion (https://www.cogitatiopress.com/socialinclusion). 

© rawpixel from Pixabay

Vieillir en bonne santé : les inégalités se creusent

L'espérance de vie augmente, mais elle n'est pas forcément synonyme de plus de temps en bonne santé. Des chercheurs du PRN LIVES affiliés à l'Université de Genève se sont intéressés à cette évolution et ont compilé les données de la Cohorte nationale suisse (SNC) avec celles des Enquêtes suisses sur la santé. Les résultats de leur étude montrent que si les années en bonne santé augmentent autant pour les hommes que pour les femmes, des différences se manifestent selon le niveau de formation, augmentant les inégalités sociales. Ainsi, en 2010, les hommes ayant un diplôme universitaire vivent 8,8 années de plus en bonne santé que ceux ayant complété une formation obligatoire contre 7,6 années en 1990.

Cinq chercheurs de l'Université de Genève, dont quatre sont membres du Pôle de recherche national LIVES - Surmonter la vulnérabilité: perspective du parcours de vie, ont croisé des données de Cohorte nationale suisse (SNC) avec celles des Enquêtes suisses sur la santé entre les années 1990 et 2015 afin d'établir si les années gagnées en espérance de vie avaient ajouté du temps à la santé ou à la maladie. 

Les femmes continuent à vivre plus lontemps que les hommes et ont ajouté 3 ans à leur espérance de vie, en bonne santé. Mais dans leur cas, continuer ces recherches longitudinales est d'autant plus important, car les codes sociaux et leur mode de vie a beaucoup plus changé que pour les hommes. «L’écart entre les femmes de formation secondaire et tertiaire est ici indistinguable, car nos données concernent des femmes nées dans les années 1920-1930, lorsque l’accès aux hautes études leur était limité et que peu travaillaient. Il serait intéressant de refaire cette enquête dans 50 ans, maintenant que les femmes étudient et travaillent tout autant que les hommes», relève Stéphane Cullati.

Les hommes quant à eux gagnent 5 années de vie, dont 4,5 en bonne santé. Mais les différences les plus importantes se manifestent dans les niveaux de formation. L'exemple des hommes ayant complété une formation obligatoire est parlant. «L’écart d’années en bonne santé entre les hommes de formation obligatoire et les hommes de formation tertiaire est de 7,6 ans en 1990, mais de 8,8 ans en 2010, montrant que l’écart se creuse», explique Adrien Remund, démographe. 

Graphiques: Life expectancy (LE), Healthy life expectancy (HLE), and Years of bad health (YBH) with 95% confidence intervals by education level and sex (Swiss National Cohort and Swiss Health Interview Survey, Switzerland, 1990–2014). 

Chercheurs

Le pouvoir des émotions

Lien social et Politiques vous invite à consulter son nouvel appel de contributions sur le thème « le pouvoir des émotions ». Ce numéro 86 de la revue sera dirigé par Anne Perriard (Haute école de travail social et de la santé, Lausanne) et Cécile Van de Velde (Université de Montréal).

Les émotions sont au cœur de l’actualité : la colère se manifeste dans des affrontements à Hong Kong et par le rejet de l’Union européenne au Royaume-Uni. Au niveau mondial, l’inquiétude face aux changements climatiques et à la pollution favorise de nouveaux discours et l’émergence de mouvements sociaux transnationaux. En Algérie, l’indignation face à la réélection du président conduit la jeunesse à se réapproprier le politique. Avec le mouvement #MeToo, la prise de parole de quelques femmes a transformé des expériences individuelles et passées sous silence en mouvement collectif.

Dans ce numéro de Lien social et Politiques, nous cherchons à mieux saisir cette dynamique des émotions et les processus par lesquels elles peuvent se transformer en pouvoir social et politique.

Consulter l'intégralité de l'appel 

Délai de soumission : 15 décembre 2019

Pages