Dominique Joye @fors/unil

Dominique Joye a marqué le développement des sciences sociales à l'UNIL

C'est ce jeudi que le Professeur Dominique Joye, retraité depuis fin août 2018, a donné sa leçon d'honneur à l'Université de Lausanne. L'occasion d'un bref rappel de l'important rôle qu'il a joué tant au sein de LIVIA et de FORS, qu'au sein de notre Pôle de recherche LIVES et dans le développement des sciences sociales à l’Université de Lausanne.

Fin août 2018, lorsque le Prof. Dominique Joye avait pris sa retraite*, Eléonore Lépinard, Caroline Roberts, Guy Elcherot et Dario Spini avaient résumé le parcours et les apports de ce chercheur au cours des douze années passées alors à l'Université de Lausanne. Notamment en rappellant que "Dominique Joye y a été successivement professeur associé, puis professeur ordinaire à l’Institut des sciences sociales. Son travail a profondément marqué le développement des sciences sociales à l’Université de Lausanne, et celui de l'ISS."

Dès 2008, il avait joué un rôle prépondérant dans l’accueil du centre national FORS au sein de l’Unil et dans la création du Centre MISC (pour Méthodes, Inégalités et Changement Social), en accord parfait avec ses préoccupations en matière de recherche: la volonté de toujours lier les questions méthodologiques, qui soulèvent des défis parfois très techniques, aux enjeux sociétaux liés au pouvoir et aux inégalités. 

De PAVIE au PRN LIVES

Quatre ans plus tard, Dominique Joye a fortement contribué à la fusion harmonieuse entre MISC et le laboratoire PAVIE, pour la création du Centre de recherche sur les parcours de vie et les inégalités, LINES. "Directeur de l’ISS puis, Vice-Doyen à la recherche de la Faculté des SSP, il s’est investi à tous les échelons pour le développement des sciences sociales au sein de notre Faculté, et leur rayonnement bien au-delà." Et c'est suite à l’arrivée de FORS à Lausanne, que le chercheur a pu développer et approfondir une série de recherches sur les inégalités en Suisse dans une perspective temporelle, encore accentuée par sa participation au PRN LIVES, établi en 2011. Dans ce cadre il a notamment dirigé l’IP14.

Hommage à un collègue attentif

Le message d'août dernier reste bien sûr valable, dont le vibrant hommage à celui que nous connaissons comme un "collègue attentif, engagé et enthousiaste", qui "a supervisé de nombreuses thèses de doctorat et accompagné de nombreux chercheurs et chercheuses post-doctoraux dans leurs débuts de carrière. Toujours ouvert et positif, il a agi, aussi bien comme directeur que comme mentor, pour soutenir le développement professionnel et encourager le potentiel de nombreux jeunes collègues qui se souviennent de ses innombrables conseils, de son goût pour la nuance, de sa méfiance pour les solutions simples et de ses encouragements constants à changer de point de vue quand les phénomènes semblent trop évidents. Plein d’énergie, grand voyageur, il a marqué ses collaborateurs et collaboratrices par son énergie et son don d’ubiquité, souvent dans plusieurs pays ou plusieurs réunions presque en même temps."

Tous les membres du PRN LIVES lui souhaitent une belle et longue retraite!

*Source: Dominique Joye nommé professeur honoraire de la Faculté des SSP (unil.ch)
>> Voir la leçon d'honneur (©Unil)

 

SOLIDARITIES graduate student conference

Questions of how solidarity forms—and why and when it sticks—have been foundational to the social sciences: early scholars were attentive to social cohesion and class unity; more recently, notions of solidarity have been conceptualized in relation to performative assemblies of social movements and networks of collective action. We invite paper contributions from across disciplines as well as multi-modal presentations (performance, poetry, video, sonic ethnography, or demonstration), which explore the complex engagements with solidarity that emerge from—and respond to—anthropology’s history, methods, and modes of analysis.

Keynote

Mythri Jegathesan is a cultural anthropologist and Assistant Professor at Santa Clara University (SCU). Since 2008, she has conducted ethnographic projects on labor aspiration and postwar agro-economic transitions and with members of the Working Women's Front, the first women-led trade union to organize women workers across formal and informal sectors in Sri Lanka. Dr. Jegathesan has published in Anthropological Quarterly, Dialectical Anthropology, and SAMAJ: South Asia Multidisciplinary Journal. Her first monograph, Tea and Solidarity: Tamil Women and Work in Postwar Sri Lanka, is part of the Decolonizing Feminisms series of University of Washington Press. 

Submission Guidelines

  • Individual Presentation SubmissionsPlease submit a concise abstract (max. 300 words) along with a brief bio (presenter’s name, program, year of study, research focus, and contact information) to jhuanthrogradconference@gmail.com by July 15, 2019. For multi-modal presentations, please indicate any equipment requirements. 
  • Panel Submissions: Please submit a concise panel abstract along with three to four individual paper abstracts (max. 300 words) to jhuanthrogradconference@gmail.com by July 15, 2019. 
  • The conference will take place on Friday and Saturday, September 20-21, 2019 at Johns Hopkins University’s Homewood campus. We encourage submissions from graduate students across disciplines as well as artists and practitioners. Submission of full papers is required no later than two weeks prior to the start of the conference. 

Le non-recours à l'aide sociale

Un nombre important de personnes qui pourraient bénéficier de lʹaide sociale ne réclament rien. Le non-recours à ces aides peut être dû à un manque dʹinformation ou au parcours administratif difficile pour les obtenir. Mais certaines personnes ne souhaitent tout simplement pas avoir recours à une assistance.

En Suisse, de nombreuses ont droit à des prestations sociales, mais n'en font pas la demande. Frédérique Leresche, chargée de recherche à lʹécole dʹétudes sociales et pédagogique et doctorante du PRN LIVES analyse les raisons qui poussent ces gens à refuser lʹaide proposée. Elle s'est exprimée en mai au micro de l'émission radio Tribu de la RTS-La 1ère

Division of Labour within Families in Europe: The Role of Gender Regimes and Other Socio-Cultural Factors

The concept of work-life conflict has attracted increasing attention from scholars during the last decades. This can be explained by the profound global changes in family lives and family organisation since the 1970s. The main aim of this thematic issue is to examine the relationship of gender norms and other socio-cultural factors with the perceived work-life conflicts among men and women across European countries with different welfare regimes.

Europe is an interesting case as European countries experienced very different trajectories regarding these changes. North-Western European countries saw a substantial increase in female labour force participation: women's work patterns changed (and still do) as women do not tend to withdraw anymore from the labour market after marriage or motherhood but remain employed until retirement. While in the Nordic countries some institutional reforms started to decrease women's burdens, elsewhere, including in Southern Europe, where female labour force participation started to increase later, i.e., in the 1990s, women's additional commitment to work was not complemented with the development of the necessary structures to support family-related work. At the same time Central-Eastern European post-socialist countries experienced a substantial decline in female labour force participation throughout the 1990s because of the economic restructuring from state-socialist full-employment to market economies. This transition also brought a rise in work pressure and cuts in welfare services, leaving more burden of care on the families.

Although there is much research on work-life conflict, we still know very little about how micro- and macro-level variables influence work-life conflict across and within European countries. Comparative research that attempts to explain country-differences in work-life conflict is still scarce, and the existing studies show puzzling results, when for instance high levels of work-family conflict are reported for countries known for generous work-family policies. These suggest that work-life conflict issues should be examined from a broader perspective: socio-cultural and economic factors such as gender norms and national policies might modify or interact with the relationship between working conditions and work-life conflict.

The main aim of this thematic issue is to examine the relationship of gender norms and other socio-cultural factors with the perceived work-life conflicts among men and women across European countries with different welfare regimes. 

Editor(s)

Michael Ochsner (FORS Lausanne, Switzerland / ETH Zurich, Switzerland), Ivett Szalma (MTA TK—Hungarian Academy of Sciences, Hungary) and Judit Takács (MTA TK—Hungarian Academy of Sciences, Hungary)

Information

Instructions for Authors

Authors interested in submitting a paper for this issue are asked to consult the journal’s instructions for authors and send their abstracts (about 250 words, with a tentative title and reference to the thematic issue) by email to the Editorial Office: si@cogitatiopress.com.

Open Access

The journal has an article publication fee to cover its costs and guarantee that the article can be accessed free of charge by any reader, anywhere in the world, regardless of affiliation. We defend that authors should not have to personally pay this fee and advise them to check with their institutions if funds are available to cover open access publication fees. Institutions can also join Cogitatio’s Membership Program at a very affordable rate and enable all affiliated authors to publish without incurring any fees.

Innovation et intervention sociales : impacts, méthodes et mises en œuvre dans les domaines de la santé et de l’action sociale (projet de publication)

L’innovation sociale est une référence relativement récente, qui a été progressivement définie comme une alternative à l’innovation technologique. Elle marque le rejet d’une unique perspective de croissance économique comme seul horizon de développement. Cet appel à auteur·e·s concerne tous les acteurs et toutes les actrices de l’intervention sociale et sanitaire qui souhaitent rendre compte des enjeux de leurs expérimentations relevant de l’innovation sociale, notamment dans le contexte suisse (mais pas uniquement).

Trois formes de contributions sont envisagées : 

  • des textes « longs » avec maximum 40'000 caractères (espaces compris, sans bibliographie) qui cherchent à approfondir une question / un thème de manière plus détaillée ; 
  • des textes plus concis avec au maximum 20'000 caractères (espaces compris, sans bibliogra-phie) permettant, par exemple, la description et l’analyse d’un projet ou d’une mesure d’inno-vation sociale spécifique. 
  • nous envisageons d’inclure également de brefs récits, par exemple sous forme de témoignages, qui permettront d’enrichir la publication scientifique de « capsules » illustratives et d’ouvrir ainsi le projet à d’autres formes d’expression. Ces « capsules » pourront prendre l’espace d’une page ou de 2500 à 3500 caractères (espaces compris). 

Nous invitons toute personne intéressée à soumettre leurs propositions de contribution comme suit : 

  • un titre 
  • 4-5 mots clés 
  • la forme de contribution proposée (texte long, moyen, ou « capsules ») 
  • une présentation de la problématique et du lien explicite avec l’argumentaire de l’appel à pu-blication ainsi que, le échéant, des indications sur les données empiriques (méthode d’analyse, résultats) et 3 à 4 références bibliographiques (1800 caractères espace compris.) 
  • une brève présentation de l’auteur∙e ou des auteur∙e∙s. 

Veuillez manifester votre intérêt pour une contribution avant le 15 juillet 2019 en écrivant à l'adresse suivante : pascal.maeder@hes-so.ch. Les propositions sont à rendre à la même adresse au plus tard le 15 septembre 2019. 

La fabrique des parents - devenir et être parent en fonction des contextes géographiques, historiques et culturels

L'objectif de cette journée est d'étudier la parentalité sous toutes ses formes, à travers trois questions principales : quelles sont les modalités d’entrée et d’exercice de la parentalité, en fonction des contextes sociaux, économiques, politiques, légaux, historiques, géographiques ou de la trajectoire propre du parent ? Comment évolue la parentalité en fonction de l’âge de l’enfant ? Comment les normes de parentalité (“bonne” ou “mauvaise” manière d’être parent, déclinaison de la parentalité en fonction du sexe du parent) influencent son exercice ? Cet appel est ouvert à toutes les disciplines de sciences humaines : histoire, sociologie, anthropologie, droit, géographie, démographie, etc.

Les propositions de communication (4000 signes maximum espaces compris, titre, résumé de 400 signes maximum et principales références bibliographiques) devront être envoyées le 2 septembre 2019 au plus tard, par courriel à l’adresse : reppama.contact@gmail.com.

Les résultats de la sélection seront communiqués le 4 novembre 2019.

 

Vulnérabilité des parents seuls : le soutien des politiques sociales fait la différence
Dr. Ornella Larenza

Vulnérabilité des parents seuls : le soutien des politiques sociales fait la différence

Dans sa thèse intitulée «Social policy shaping the life-course: A study on lone parents' vulnerability», la Dr. Ornella Larenza démontre que l'accès aux politiques sociales est primordial pour que les parents seuls ne se retrouvent pas en situation de vulnérabilité.

Les parents seuls, lone parents en anglais, souffrent souvent d'une détérioration de leurs conditions de santé et financière. En marge de cette réalité, la Dr. Ornella Larenza a consacré sa thèse, défendue avec succès le 3 mai 2019, à l'étude de la diversité croissante des parents seuls. Elle a par ailleurs investigué comment les politiques sociales peuvent contribuer au développement de leur vulnérabilité au fil du parcours de vie.

Pensions alimentaires non versées - incidences sur d'autres domaines de la vie

La Dr. Larenza a focalisé ses recherches sur deux politiques sociales spécifiques: le versement des pensions alimentaires et le recours aux prestations d'aide sociale.

Dans le premier cas, elle a montré que le cadre juridique en matière d'exécution des obligations alimentaires n’offre qu’une aide limitée pour les mères confrontées à des violations des obligations alimentaires envers leurs enfants. Par ailleurs, toutes les mères ne réagissent pas à ces violations, car elles se retrouvent face à des dilemmes moraux impliquant l'autre parent et sa relation avec les enfants. Enfin, certaines mères s’adaptent aux violations totales en modifiant leur trajectoire professionnelle, ce qui a des répercussions sur d'autres domaines de leur vie. Par exemple, quelques mères augmentent leur taux de travail, mais cela les oblige à soustraire du temps à leurs enfants et à renoncer à une relation épanouie avec eux.

Dans le deuxième cas, la chercheuse a illustré comment les parents seuls réagissent aux problèmes d’accès aux prestations d'aide sociale (par exemple, par la recherche de soutien financier alternatif auprès de leur réseau, par la lutte contre les administrations qui empêcheraient l’accès aux prestations, ou par l’adaptation de leur parcours de vie aux conditions d’accès) et comment cela peut non seulement affecter leur situation économique, mais également entraîner un ensemble plus complexe de changements dans plusieurs domaines de leur vie y compris des répercussions sur leur vie de couple et leur vie de parents.

Une combinaison de méthodes d'analyse pour une vision globale du parcours de vie

Au nom du jury*, la Prof. Eva Green, vice-doyenne de l'Université de Lausanne a par ailleurs fait ses félicitations à Mme Larenza pour "l'approche innovante qui croise différents domaines des politiques sociales et pour la rigueur de l'analyse longitudinale qualitative".

En effet, la Dr. Larenza a réalisé une étude de cas en combinant des analyses qualitatives transversales (synchroniques) et longitudinales (diachroniques). Par ce biais, elle a montré que la vulnérabilité des parents seuls est un processus dont le développement dépend à la fois des ingrédients qui le composent (facteurs de stress et ressources à disposition de l’individu) et à la fois de leur agencement au fil du temps. Il ne s’agit donc pas juste de considérer des conséquences négatives, mais plutôt de prendre en compte une dynamique plus complexe entre facteurs de stress et ressources.

Les politiques sociales peuvent contribuer au processus de vulnérabilité en tant qu’ingrédients qui participent à des constellations de problèmes complexes. Notamment, elles peuvent jouer le rôle de facteurs de stress en situation d’absence de support, d'accès problématique aux supports et de soutien inadéquat. Finalement, elles peuvent façonner le processus de vulnérabilité des parents seuls et générer des répercussions, dans plusieurs domaines de leur vie et au fil du temps.

Enfin, l’étude montre que l'agentivité (capacité de réagir) des parents seuls qui font face à la vulnérabilité reflète la configuration des ingrédients du processus et peut être orientée de manière significative par leurs relations avec les personnes importantes, comme par exemple les enfants, l’ex-partenaire et la famille d’origine. Cette capacité de réaction dépend notamment de la possibilité d’accéder à des ressources et de les mobiliser pour résister aux facteurs de stress.

* Membres du jury: Prof. Eva Green, Vice-doyenne (Présidente); Prof. Laura Bernardi, ISS (Directrice de thèse); Mme Claire Bidart, Directrice de recherche au CNRS, Université d’Aix-Marseille; Prof. Giuliano Bonoli, IDHEAP; Prof. Jane Millar, Université de Bath.

6e Colloque international du Réseau d’Études International sur l’Âge, la CitoyenneTé et l’Intégration Socio-économique (REIACTIS)

Le 6e colloque international "Société inclusive et avancée en âge" est organisé par le REIACTIS et l’Université de Lorraine en lien avec différents réseaux scientifiques et sociétés savantes : CR6 le l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française (AISLF), le RT7 de l’Association Française de Sociologie (AFS), et le GIS : Institut de la Longévité des Vieillesses et du vieillissement (ILVV) notamment. Son conseil scientifique international est composé de plus de 80 membres d’universités issus de trois continents (Amérique, Afrique, Europe).

En 2002, l’Organisation des Nations Unies (ONU) lançait le slogan « Une société pour tous les âges ». Près de 20 ans plus tard, et plus de 70 ans après la Déclaration universelle des droits de l’homme, la recherche d’une société plus inclusive continue d’alimenter les débats publics, de nourrir les politiques publiques et d’interroger les chercheurs. 

Dans le cadre de son 6e colloque mondial, le REIACTIS invite les chercheurs en sciences humaines et sociales, les décideurs politiques et les citoyens à se réunir sur la scène internationale pour mettre en débat et baliser les enjeux d’une société inclusive. 

Pour aborder ces questions, le colloque international propose un axe transversal et trois entrées thématiques privilégiées. Les communications indiqueront leur choix parmi ces quatre entrées. Il est possible de faire plusieurs propositions. 

  • Axe transversal : « Société inclusive » : concepts et enjeux théoriques 
  • Axe thématique 1 : « Société inclusive » et parcours de vie 
  • Axe thématique 2 : « société inclusive » et approches environnementales 
  • Axe thématique 3 : « Société inclusive », citoyenneté et participation sociale 

 

 

Informations importantes

  • Les propositions de communication sont à déposer sur le site REIACTIS dédié au colloque (www.reiactis.com) entre le 22 avril et le 15 juin 2019.
  • Les propositions de Communication individuelle ne devront pas dépasser 5000 signes espaces compris.
  • Les propositions de Table ronde (3 à 5 intervenants maximum), ne devront pas dépasser 4000 signes espaces compris par intervenant et un résumé de 2000 signes espaces compris.
  • Les propositions de Poster ne devront pas dépasser 5000 signes espaces compris.
  • Évaluation des communications par le Comité scientifique international et réponse aux auteurs au 20 juillet 2019.
  • Préprogramme du colloque autour du 20 juillet 2019.
  • 4 au 6 février 2020 : Colloque à Metz
  • Contact: contact@reiactis.com 

OFFRE D'EMPLOI - Postdoc ou un.e assistant.e en Méthodologie et Analyse de données en Psychologie,

Mise au concours d'une offre pour un postdoc ou un.e assistant.e en Méthodologie et Analyse de données en Psychologie, avec le prof. Paolo Ghisletta

Encadrement des Travaux dirigés des cours de Méthodologie et analyse de données du Bachelor et du Master en Psychologie. Participation au service de consultation en Méthodologie et analyse de données et à l’encadrement d’étudiants.  

Information

  • Entrée en fonction: 01.09.2019
  • Taux de travail: 100% (assistant) or 80% (postdoc)
  • Lieu de travail: Université de Genève
  • Délai de candidature: 31 mai 2019

JOB OFFER - Doctoral Student in the field of career research and life course studies

NCCR LIVES invites applications for a 4-year position as doctoral student in the field of career research and life course studies, under the supervision of Prof. Felix Bühlmann.

As a doctoral student in the IP 7 on “Career paths” the successful candidate will be able to formulate his or her own PhD project based on a combined panel and calendar data study on careers. The thesis, under the supervision of Prof. Felix Bühlmann and Prof. Jonas Masdonati is expected to focus on how life events shape occupational trajectories. The tasks include conducting a calendar based questionnaire study, building a coherent theoretical framework, developing adequate research questions, analyzing the data, and publishing results.

The thesis will provide valuable answers to relevant questions in our current societies, such as: what types of life and career paths characterize workers today? Have career trajectories become more insecure? What impacts do unstable trajectories have on career adaptability, on feelings of occupational security or on subjective well-being? How do life events shape workers’ career trajectories?

Job information

  • Starting date: 01.09.2019
  • Duration of contract: 1 year, renewable contract for 3 years, with a maximum duration of 4 years.
  • Employment rate: 100%
  • Workplace: University of Lausanne, Géopolis
  • Annual gross salary: CHF 47’040.- (first year)
  • Application deadline: 31 May 2019

More information and applications on the UNIL Career portal. 

JOB OFFER - Doctoral Student SNSF in Quantitative Social Research

NCCR LIVES invites applications for a 4-year position as doctoral student SNSF in Quantitative Social Research under the supervision of Prof. Daniel Oesch.

The doctoral student will be able to write a PhD within a new project that revisits a large sample of displaced industrial workers 10-12 years after they lost their job in Switzerland. These workers were surveyed a first time in 2011, 2-3 years after their firms closed down, and will be surveyed a second time in 2020 to provide insight into the long-term consequences that plant closure and mass displacement have on people’s lives.

The doctoral student will be able to participate in the development of the questionnaire and the fielding of the survey. He or she can then fully use these data to write his or her PhD thesis on topics such as unemployment scarring, job loss and family trajectories, job mobility and career trajectories, or some other aspect of life course sociology. There is much scope for innovation and new ideas, be it in terms of data collection (life calendars, in-depth interviews), methods or topics.

Job information

  • Starting date: 01.09.2019
  • Duration of contract: 1 year, renewable contract for 3 years, with a maximum duration of 4 years.
  • Employment rate: 100%
  • Workplace: University of Lausanne, Géopolis
  • Annual gross salary: CHF 47’040.- (first year)
  • Application deadline: 2 June 2019

More information and applications on the UNIL Career portal

JOB OFFER - Post-Doctoral Researcher in Quantitative Social Research at 70%

LIVES offers a position as Post-Doctoral Researcher in Quantitative Social Research

The candidate will benefit from continuous interaction with colleagues to diversify and increase his/her scientific experiences. The scope of the Centre is interdisciplinary and stimulates international scientific publications and exchanges (www.lives-nccr.ch).

Your responsibilities

The successful applicant will study the local context in which adverse life events are experienced, establishing whether and why specific neighbourhood and community economic factors cushion or worsen the negative effects of adverse events on people’s socio-economic trajectories. The general aim of this project is to investigate what networks people mobilize in times of hardship in their kinship and immediate environment, and how these interact with the socio-economic resources lodged within them.

Specific research questions will address:

  • The social and psychological consequences of local income inequality
  • Social factors and resources that enable individuals to overcome economic vulnerability
  • Trajectories people experience after coping with economic disadvantage

To answer this kind of research questions, the successful applicant will use data from socio-economic panels (e.g., the Swiss Household Panel), together with local economic indicators from statistical offices and public administrations (e.g. the Federal Statistical Office). The successful applicant will work in close collaboration with the research team and his/her task will cover all aspects of the research process, including data preparation, statistical modelling, writing articles, and presenting at international conferences.

Job information

  • Starting date: 01.09.2019 (or as soon as possible thereafter)
  • Duration of contract: 1 year, renewable contract for 2 years, with a maximum duration of 3 years.
  • Employment rate: 70%
  • Workplace: Lausanne Mouline, Géopolis
  • Annual salary: CHF 57’7790 (first year)
  • Application deadline: 26th May 2019
  • Interview will take place on 21st June 2019 

See job description (in French). Only applications through this website will be considered

What the position offers you

  • A position in a dynamic and interdisciplinary research environment
  • Involvement in the project “Meso-level and policy mechanisms of vulnerability” of the National Centre of Competence in Research LIVES.
  • Participation in international congresses and collaboration on high-quality international publications.
  • The opportunity to take part in LIVES activities and research training

Contact for further information

Your application should include:

  1. Motivation letter,
  2. CV, listing the names of two referees,
  3. A piece of academic writing (research article, working paper)

UNIL is committed to promoting gender equality and strongly encourages applications from female candidates.

PhD- and Post-Doctoral Positions at the University of Lausanne

Applications are open for a doctoral student and a postdoctoral researcher who will participate in a 4-year project funded by the Swiss National Science Foundation: “Coupled Inequalities. Trends and Welfare State Differences in the Role of Partner’s Socio-Economic Resources for Employment Careers”

For more information and information on how to apply, see:

Doctoral Researcher in Quantitative Social Research (job description)

  • Starting date: 01.10.2019
  • Duration of contract: 1 year, renewable contract for 3 years with a full duration of 4 years.
  • Employment rate: 100%
  • Workplace: University of Lausanne, Géopolis

Postdoctoral Researcher in Quantitative Social Research (job description)

  • Starting date: 01.10.2019 or thereafter
  • Duration of contract: 2 years, possibly extended for 1 year on a related project
  • Employment rate: 100%
  • Workplace: University of Lausanne, Géopolis
  • Salary: 82'558 CHF in the first year

 

Project description: http://people.unil.ch/leenvandecasteele/projects/coineq/

The application deadline is 1 May 2019 through the UNIL career portal

Project aims

Understanding the way in which people’s labour market outcomes are influenced by their household members has become indispensable and timely against the background of social developments like the rise of female employment and inequality between families. The aim of this project is to investigate how the socio-economic status of both partners in a couple shapes household employment patterns over the life course, in different countries and over generations. Previous research has examined the role of partner effects, but studies explicitly addressing the time trends and country context of partner effects are rare. Partner effects may be stronger/weaker in certain countries, after different life events and will have changed in their magnitude over generations. In order to formulate testable hypotheses, theories of the welfare state are used, next to theories of social stratification and cumulative (dis)advantage as well as theories of the division of labour within families and social capital transmission. Hypotheses are tested about how specific characteristics of the labour market and family policy influence the way in which the socio-economic position of the partner plays a role. The research is based on longitudinal analyses of the European Survey of Income and Living Conditions data, the British Household Panel Survey, the German Socio-Economic Panel and the Swiss Household Panel.

Congress of the Swiss Sociological Association 2019 -  The Future of Work (capture site)

DAISIE Workshop ‘Extending Working Lives: Policies, Practices and Social Implications for Older Workers’ - Congress of the SSA 2019, Neuchâtel

Call for Abstracts for the Workshop organised by the DAISIE team on ‘Extending Working Lives: Policies, Practices and Social Implications for Older Workers’ at the Congress of the Swiss Sociological Association 2019, Neuchâtel, 10-12 September.

In most Western societies, it has become widely accepted that the combination of demographic ageing and pressure to reduce public spending should necessarily result in the delaying of retirement, usually along with reforms to existing pension schemes. Largely promoted by international bodies such as the OECD throughout the 1st decade of the 21st Century, this vision of extending working lives (EWL) as a universal solution to a number of social ills has been actively challenged by social mobilisations and is being increasingly questioned by inter-disciplinary, comparative academic research projects (e.g. COST Action IS1409 Gender & Health Impacts of Policies Extending Working Life in Western Countries http://genderewl.com/).

In line with the overall objectives of the Congress, this Workshop addresses the Future of work by inviting participants to critically assess the importance and the social consequences of such challenges to the Fordist (androcentric) life-course tryptic “education – employment – [early] retirement”.

Organizer(s):
Nicky Le Feuvre, University of Lausanne
Nathalie Rougier, University of Lausanne
Isabelle Zinn, Goethe-Universität Frankfurt am Main
  • Deadline for submission: April 20, 2019
  • Maximum length for abstracts: 2000 characters (including spaces)

>> Further informations about the call for abstracts

Conférence publique - Vivre jusqu'à 100 ans: quels enjeux? - 1
Conférence publique - Vivre jusqu'à 100 ans: quels enjeux? - 2
Conférence publique - Vivre jusqu'à 100 ans: quels enjeux? - 3

ICC 2019 - Conférence publique - Vivre jusqu'à 100 ans: quels enjeux?

La Suisse compte toujours plus de personnes centenaires. Afin de mieux comprendre les enjeux de cette population, de nombreux chercheurs se penchent sur les questions médicales, psychologiques et sociales liées au grand âge.

Dans le cadre de la rencontre de l'International Centenarian Consortium (ICC 2019), qui a lieu en Suisse cette année, l’Université de Lausanne organise un événement ouvert au public et présentera les derniers résultats de recherche sur ces défis personnels, familiaux et sociétaux qui pourraient, de près ou de loin, tout·e·s nous concerner.

Inscription

Entrée gratuite – Nombre de places limité
Inscription obligatoire jusqu’au 17 mai 2019 via ce formulaire. 

Intervenant·e·s 

  • Santé des centenaires: comment se positionne la Suisse? – Prof.Dr. Dina Zekry (Hôpitaux universitaires de Genève)
  • Ressources sociales et psychologie des centenaires – Prof. Dr. Daniela Jopp (LIVES, Université de Lausanne)
  • Grand âge et prise en charge à domicile - Dr. Barbara Masotti, Prof. Dr. Stefano Cavalli (Haute école spécialisée de la Suisse italienne)

Date et heure

Mardi 28 mai 2019, de 18h30 à 20h00
La conférence sera suivie d’un apéritif 

Lieu

Université de Lausanne, Bâtiment Synathlon, auditoire 1216 (voir plan d'accès)

10th International Conference "Swiss Household Panel" in Lausanne

10ème Conférence internationale des utilisateurs du Panel Suisse de Ménage, Lausanne

L'édition spéciale anniversaire de la 10ème Conférence International des utilisateurs du Panel Suisse de Ménage proposera des sessions plénières et thématiques, ainsi que des sessions de posters. Les inscriptions sont ouvertes.

Les sessions thématiques couvrent une variété de sujets, tels que la santé et le bien-être, l’éducation et le marché du travail, les inégalités socio-économiques et la mobilité, les familles, le genre, les transitions et le parcours de vie, les minorités ethniques et la migration, la politique et les attitudes, la méthodologie des enquêtes et les méthodes longitudinales.

Les organisteurs offrent également la possibilité de proposer des sessions complètes sur d’autres thèmes.

  • Lieu: Géopolis, UNIL, Lausanne.
  • Inscriptions jusqu'au: 1er juin 2019,12:00 am

>> Tarifs, inscriptions et autres informations

Refugee Routes 28.03.2019, OSAR - Turquie

Refugee routes: soirée d'information sur la Turquie

Le premier "Refugee Routes" de l'année aura lieu le 28 mars prochain à Lausanne et traitera de la problématique liée au gouvernement turc. Ces soirées, organisées par l’OSAR avec le soutien du Pôle de recherche national LIVES, ont pour but de mieux comprendre la situation des réfugiés en Suisse, les raisons qui les ont poussés à l’exil et leurs conditions d’accueil en Suisse. Elles s’adressent à toute personne intéressée, en particulier dans les milieux associatifs et institutionnels.

Les soirées "Refugee Routes" de l'OSAR ayant rencontré un franc succès l'an passé à Lausanne et à Berne, le PRN LIVES a décidé de renouveler son soutien ce printemps. C'est ainsi que la prochaine manifestation aura lieu le 28 mars prochain à Lausanne. Elle sera consacrée à la Turquie, où des observateurs constatent des tendances de plus en plus autoritaires de la part du gouvernement depuis trois ans, telles des arrestations, des licenciements, des annulations de passeport notamment à l'encontre des Kurdes et des personnes soupçonnées d'avoir des liens avec des activistes des droits humains.

Du passé historique au présent vécu par les réfugiés

Lors de l'évènement, présenté par Pascal Maeder du PRN LIVES, le Dr Yilmah Ozcan du Global Studies Institut (UNIGE) parlera du contexte socio-historique de la Turquie, et Denis Graf, juriste spécialisées dans les thématiques de l'asile, informera le public sur la situation sécuritaire et humanitaire sur le terrain.

Comme toutes les soirées "Refugee Routes", une présentation sera également consacrée aux pratiques des autorités suisses en matière d'asile - cette fois par Sarah Frehner, collaboratrice scientifique de l'OSAR. Enfin, la parole sera donnée également à un migrant qui témoignera de son histoire en tant que réfugié turque en Suisse.

Informations pratiques

  • Adresse: Maison de Quartier Sous-Gare, Av. d'Apples, 50, Lausanne
  • Tarif: 20.- CHF/personne
  • Renseignements: admincours@osar.ch

>> Inscriptions obligatoires (nombre de places limité).

Le choix du partenaire dépend fortement de son revenu
Distribution des types de ménages selon le niveau de formation (1992, 2000 et 2014)

En Suisse, le choix du partenaire dépend fortement de son revenu

C’est le constat de Laura Ravazzini, Ursina Kuhn et Christian Suter dans un article paru dans le dernier numéro de la revue Social Change in Switzerland. Se basant sur le Panel suisse de ménages, les chercheurs montrent l'évolution du niveau de formation et des revenus des ménages de couples hétérosexuels en Suisse entre 1992 et 2014.

L’étude basée sur le Panel suisse de ménages révèle que l'homogamie des couples hétérosexuels a augmenté en Suisse depuis les années 90. Les hommes avec un revenu élevé sont en effet plus souvent en couple avec des femmes à revenu élevé également, et les personnes à faible revenu avec un partenaire à bas revenu aussi. Au niveau de l’éducation, ce sont particulièrement les personnes ayant un faible niveau de formation qui ont plus tendance à se mettre en couple entre elles qu'il y a vingt ans, constatent les trois auteurs de l’article paru dans le dernier numéro (No 17) de la revue Social Change in Switzerland, éditée à l’Université de Lausanne par FORS, LINES et le Pôle de recherche national LIVES. 

Plus précisément, entre 1992 et 2014, la proportion de couples dans lesquels les deux partenaires ont un diplôme universitaire est passée de 3 à 13% par rapport à l’ensemble des ménages. Parallèlement, la proportion de couples homogames ayant terminé une formation du niveau secondaire II (apprentissage ou gymnase) est tombée de 36 à 27%. Seule la proportion de ménages dont les deux n’ont terminé que l'école obligatoire est restée stable à 8%. Comme ce groupe de population est en décroissance, cette stabilité témoigne d'un choix de partenaire de plus en plus sélectif. 

Le rôle des femmes

Cette évolution de l’homogamie pourrait en partie s’expliquer par le fait que les jeunes femmes en Suisse ont un niveau de formation équivalent à celui des hommes. En effet, la proportion de ménages dans lesquels les hommes ont un niveau d’éducation supérieur à celui des femmes est tombée de 28% en 1992 à 20% en 2014. Dans le même temps, les couples dont les femmes ont un niveau d’éducation plus élevé que leurs partenaires représentent aujourd’hui 12% de tous les ménages, contre 7% en 1992.

Contrairement à l’homogamie éducative, qui reste plus ou moins figée tout au long de la vie, l’homogamie des revenus dépend du choix du partenaire, ainsi que de la répartition du travail rémunéré et domestique au sein du couple. Les mères réduisent ou interrompent leur activité professionnelle, et donc leur revenu, plus souvent que les pères. Malgré cela, les trois chercheurs constatent que les partenaires présentent des revenus toujours plus similaires au sein du couple. Ainsi, ceux qui ont des revenus similaires sont des ménages où la formation des femmes est plus élevée que celle de leurs partenaires.

La formation : déterminante dès la rencontre

En marge des caractéristiques plus ou moins visibles (argent, beauté, statut social, etc.) dans le choix d’un partenaire, l’endroit de la rencontre est involontairement déterminant. Dans la plupart des cas, les couples se forment en effet entre élèves à l’école, entre collègues au travail ou encore au sein de cercles d’amis communs. Par ailleurs, l’augmentation des couples homogames s’explique par une société de plus en plus encline à poursuivre sa formation en général. L’effet conjoint de cette expansion du niveau de formation et de son égalisation entre hommes et femmes a automatiquement conduit à une proportion plus élevée de couples homogames, dont les deux partenaires ont un niveau de formation élevé.

Des différences de genre pour les personnes vivant seules

Cette étude met encore en lumière que la probabilité de vivre seul est liée au revenu et au niveau de formation, mais de manière différenciée selon le sexe de la personne. Ainsi, les personnes les plus sujettes à vivre seules sont les hommes avec un bas revenu et les femmes ayant un haut niveau de formation. De façon globale, la proportion des hommes et des femmes habitant seuls est restée constante, à environ un cinquième de tous les ménages (parmi les 25‐64 ans).

L’homogamie, une source d’inégalités ?

Bien que choisir un partenaire similaire semble augmenter la stabilité du couple, cette homogamie pourrait en parallèle être nuisible au niveau sociétal. Une société où les riches se marient entre eux est plus inégale qu’une société où les riches se marieraient avec les pauvres, constatent les chercheurs. Les couples au bas niveau de formation étant en augmentation, ils sont donc plus ségrégués que dans les années 1990. En partant du principe que les salaires augmentent avec le niveau de formation, ces couples peuvent ainsi représenter un groupe vulnérable de la société suisse.

Emploi dès la trentaine: le type de formation n’altère pas les perspectives

Emploi dès la trentaine: le type de formation n’altère pas les perspectives

Comme l'a montré la thèse de Maïlys Korber, défendue avec succès le mois dernier, les perspectives d’emploi sont aussi bonnes en deuxième partie de carrière pour les personnes ayant une formation professionnelle que pour celles ayant suivi une formation générale.

Dans sa thèse de doctorat intitulée « The labour market returns to vocational education over the life course », défendue avec succès le 12 février dernier à l’Université de Lausanne, Maïlys Korber a montré que, au cours de la seconde moitié de leur carrière, les perspectives d'emploi restent aussi bonnes pour les travailleuses et travailleurs ayant suivi une formation professionnelle (apprentissage) que pour celles et ceux issu·e·s de l'enseignement général (formation de culture générale et maturité). Toutefois, des différences salariales apparaissant dès le milieu de carrière.

La chercheuse a reçu les félicitations du jury*, dont celles du Prof. Thijs Bol, enseignant au Département de Sociologie de l’Université d’Amsterdam, qui en a souligné plusieurs points forts. Il estime notamment que les questions sous-tendant la recherche sont « opportunes et importantes », leur objectif principal étant de comprendre les effets du marché du travail d’un diplôme professionnel dans une perspective de parcours de vie.

Evolution avec l’âge

Comme l’explique Maïlys Korber, la formation professionnelle est reconnue pour faciliter l'entrée sur le marché du travail, en fournissant des compétences spécifiques facilement applicables dans un métier donné. Toutefois, si ce type de formation peut permettre aux jeunes de trouver une bonne adéquation au début de leur carrière, il peut rendre les travailleuses et travailleurs plus âgé·e·s vulnérables aux changements technologiques et à l'évolution de la structure professionnelle.

De leur côté, les personnes titulaires d'une formation générale peuvent, elles, avoir plus de difficultés à entrer sur le marché du travail en raison d'un manque de compétences spécifiques. Toutefois, elles pourraient avoir plus de facilité à s’adapter aux changements et évolutions en raison de la plus grande flexibilité des compétences générales.

Influence du diplôme au long du parcours de vie

La chercheuse a abordé cette question à travers quatre chapitres empiriques. Cela en utilisant différentes bases de données pour étudier l'emploi et les salaires tout au long de la vie des titulaires d'une formation professionnelle, et en les comparant à ceux des titulaires d'une formation générale – principalement – mais aussi d'une formation initiale. Ses analyses se sont concentrées sur la Suisse, mais contiennent également une comparaison avec le Royaume-Uni.

Comme l’a résumé le Prof. Thijs Bol, qui a qualifié le travail de la chercheuse de contribution importante à la littérature dans ce domaine: « La question principale reste la même tout au long des chapitres : les personnes détenant un diplôme professionnel se portent-elles mieux que celles détenant un diplôme général, et comment cela change-t-il tout au long de leur parcours de vie? »

Revenus inférieurs pour la formation professionnelle

Les résultats montrent que, au cours de la seconde moitié de leur carrière, les perspectives d'emploi restent aussi bonnes pour les travailleuses et travailleurs issu·e·s de la formation professionnelle que pour celles et ceux ayant suivi l'enseignement général. Toutefois, la formation professionnelle est associée à des revenus inférieurs une fois la trentaine atteinte. Et ce désavantage est plus important chez les femmes que chez les hommes. Ces résultats concernent le niveau secondaire supérieur ; au niveau tertiaire, les perspectives d’emploi et de salaire semblent aussi bonnes pour les titulaires d’un diplôme d’une formation professionnelle que pour les personnes ayant un diplôme d’une formation générale.

Démarche vraiment « innovante » 

Le Prof. Thijs Bol a relevé que le deuxième point fort du travail de Maïlys Korber était son recours à différentes approches pour répondre aux questions de sa recherche : l’utilisation de données du panel suisse, la comparaison entre la Suisse et le Royaume-Uni, l’utilisation des données de haute qualité des nouvelles et nouveaux venu·e·s sur le marché du travail, ainsi que l’utilisation des données récoltées sous forme de vignette. Le Prof. Thijs Bol a même estimé que c’était un important atout de cette thèse, et s’est dit particulièrement enthousiaste de l’utilisation des données de vignette, une démarche « vraiment innovante » dans ce domaine. Il s’est d’ailleurs dit persuadé que la thèse de Maïlys Korber, qui apporte « d’importantes contributions à ce domaine émergent de la recherche sociologique et économique », allait être publiée dans une revue de qualité et ainsi trouver l’attention qu’elle méritait.

* Membres du jury : Prof. Eva Green, Vice-doyenne UNIL (Présidente); Prof. Daniel Oesch, ISS (Directeur de thèse); Prof. André Berchtold, ISS; Prof. Thijs Bol, Université d'Amsterdam ; Prof. Ben Jann, Université de Berne; Prof. Irene Kriesi, Institut Fédéral des Hautes Etudes en Formation Professionnelle à Zollikofen; Prof. Leen Vandecasteele, ISS.

 

 

La rectrice de l'Université de Lausanne, Nouria Hernandez, a ouvert la soirée d'inauguration du Centre LIVES, en disant sa fierté de l'accueillir au sein de l'UNIL. @Martine Dutruit
Brigitte Galliot, vice-rectrice de l'Université de Genève a salué la collaboration entre les deux universités de l'Arc lémanique au sein du PRN LIVES et du Centre LIVES. @Martine Dutruit
Eric Widmer a évoqué l'histoire du PRN LIVES, dont le rôle clé du laboratoire PAVIE. ©Martine Dutruit
Dario Spini, directeur PRN LIVES, a expliqué pourquoi la pérennisation du Centre LIVES était un excellent pari pour le futur. ©Martine Dutruit
Se remémorant les années passées, Dario Spini a souligné que la réunion de chercheurs et chercheuses des universités de Lausanne, de Genève et d’autres institutions suisses a permis au PRN LIVES de décrocher des fonds importants et de mener des recherches interdisciplinaires qui n’auraient pas pu se développer sans cette mise en commun. ©Martine Dutruit
La conférence de la Prof. Alison Park de l'UCL de Londres a été suivie avec grand intérêt par les invités. @Martine Dutruit
Le "Show en LIVES" de Philippe Cohen a beaucoup fait rire le public, dont la conseillère nationale vaudoise Rebecca Ruiz et Sonya Butera, députée du Grand Conseil vaudois. @Martine Dutruit
Le buffet "Terre et mer", réalisé et servi par SV Group a donné une note finale gastronomique haute en saveurs à cette soirée. @Martine Dutruit
Rien n'aurait pu se faire sans elles et eux - l'équipe organisationnelle qui a aussi préparé la salle - Noémie, Pascal, Christelle, Ellen, Debra, Urs, Fanny et Tomaso, entourant Dario, visiblement content. ©Martine Dutruit

Inauguration du Centre LIVES - une belle fête pleine d'émotions!

Notre soirée d'inauguration du Centre LIVES a rencontré un franc succès. Quelques 150 personnes, dont diverses personnalités, étaient réunies à la Salle des Fêtes du Casino de Montbenon à Lausanne le jeudi 7 février dernier. Toutes les images sont maintenant disponibles en ligne. Dont un aperçu ici.

Voici quelques impressions de la soirée - "une très belle fête, pleine d'émotions", selon Eric Widmer, notre co-directeur. (Cliquez sur les images pour voir les légendes).

Les images de la fête

Vous pouvez voir et télécharger les autres images de la fête sous ce lien - en cas d'utilisation publique, merci de mentionner © Martine Dutruit - PRN LIVES.

Pages