Photo Félix Imhof

LIVES au cœur du 6e Congrès des recherches féministes francophones à Lausanne

Plusieurs chercheuses et chercheurs du Pôle de recherche national LIVES participent activement à ce grand rassemblement qui se tient du 29 août au 2 septembre 2012, quatre ans après la dernière édition à Rabat (Maroc).

Plus de 600 participants affluent à Lausanne du mercredi 29 août au dimanche 2 septembre 2012 pour le 6e Congrès des recherches féministes francophones. Trois chercheuses du PRN LIVES font partie du comité organisateur et six autres membres de LIVES y contribuent, à travers des communications et la présidence de quelques sessions.

Le comité organisateur est composé de 13 personnes issues du Centre en Etudes Genre LIEGE de l’Université de Lausanne et du Laboratoire Interuniversitaire en Études Genre de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (LIEGE HES·SO) basé à Genève. Du côté lausannois, trois membres du PRN LIVES sont à signaler: Nicky Le Feuvre et Farinaz Fassa, professeures, ainsi que Lavinia Gianettoni, maître d’enseignement et de recherche, toutes actives dans le projet 6, «Vulnérabilité à l'interface de la vie familiale et professionnelle: Différences entre les genres et les professions».

La responsable de ce projet, Nicky le Feuvre, a déjà participé à trois éditions du Congrès des recherches féministes francophones, dont celle de Toulouse en 2002, où elle avait déjà été active dans le comité d’organisation : «Je m'étais dit à l'époque que c'était bien d'avoir fait cela au moins une fois dans sa vie, mais que c'était quand même épuisant; jamais je n'aurais imaginé être impliquée à nouveau dans cette aventure!»

Car la tâche du comité organisateur représente un énorme investissement qu'il faut maintenir dans la durée : «Nous y sommes depuis plus de 18 mois, avec des réunions hebdomadaires depuis un an et un rythme quasiment quotidien depuis le début de l'été, sans parler de l'avalanche de courriels. Mais c'est aussi une aventure collective formidable. On a beaucoup stressé, mais on a beaucoup ri aussi! Je pense que nous pouvons être fières du résultat obtenu», estime Nicky Le Feuvre.

Avancer dans l'analyse de "l'intersectionnalité"

Selon la professeure, le thème de ce 6e congrès, «Imbrication des rapports de pouvoir : discriminations et privilèges de genre, de race, de classe et de sexualité» s’est imposé tout naturellement, car la question de l'interconnexion des différents rapports de pouvoir constitue le coeur des études genre un peu partout dans le monde en ce moment : «Nous voulions profiter de la présence de toutes ces collègues spécialistes du genre pour vraiment avancer dans l'analyse de "l'intersectionnalité". Si l’on en juge par le nombre de propositions de communications reçues, ce thème a effectivement trouvé un large écho auprès de la communauté scientifique.»

Ce programme impressionnant de 26 ateliers thématiques, 10 tables rondes et 8 conférences plénières comprend quelque 400 communications, soit environ 550 auteurs et co-auteurs. S’agissant des membres de LIVES, Jacques-Antoine Gauthier et Dominique Joye présentent deux papiers avec Lavinia Gianettoni (déjà citée comme membre du comité organisateur) : Les aspirations professionnelles des adolescent-e-s en Suisse : Une interaction entre genre, classe sociale et origine nationale et Les aspirations professionnelles des filles et des garçons : entre idéologies sexistes des enseignant-e-s et origine sociale des élèves. Ces deux présentations s’inscrivent dans le cadre de la recherche menée au sein du programme national de recherche PNR 60 "Egalités entre hommes et femmes", et plus précisément son projet "Aspirations professionnelles des garçons et filles en fin de scolarité obligatoire", pour lequel les chercheurs ont mené une enquête auprès d'environ 3500 élèves et de leurs enseignants principaux dans trois degrés du secondaire I des cantons de Berne francophone, Genève, Vaud et Tessin.

Dans le même atelier, Farinaz Fassa présente Le sexisme, c’est les autres, et dans un autre atelier du congrès, Isabelle Zinn présente la recherche qu’elle mène en tant que doctorante dans l’IP6 : L’imbrication du sexe, du genre et de l’orientation sexuelle dans l’étude des «masculinités» au travail : le cas des fleuristes et des bouchers/ères, et Pierre Bataille, lui aussi doctorant à l’IP6, présente Charge, stigmate, atout ou rente ? Genre, capital culturel et usages sociaux des titres de noblesse scolaire sur le marché du travail. Le cas des ancien-ne-s élèves des ENS de Fontenay, Saint-Cloud et Lyon (1981-1987).

Enfin la doctorante Anne Perriard présente en collaboration avec le professeur Jean-Pierre Tabin, tous deux membres de l'IP5 et chercheurs à la Haute école de travail social et de la santé - EESP Lausanne, L’investissement social, nouveau mode de (re)production de la domination masculine.

Autant de thèmes dans le coeur de cible du congrès. Car comme le rappelle Nicky Le Feuvre, il serait faux de penser que les inégalités de sexe n'existent quasiment plus dans nos sociétés occidentales "éclairées" par 40 ans de féminisme : «Les gens veulent bien admettre que les femmes subissent encore des discriminations, mais seulement dans des "ailleurs" lointains! L'enjeu consiste donc à montrer les nouvelles formes, parfois moins visibles ou plus complexes, que les inégalités prennent en Occident aujourd'hui.»

Programme complet : http://www3.unil.ch/wpmu/rff2012/ateliers/

Sessions impliquant des membres de LIVES :

Atelier 7. Imbrication des rapports de pouvoir dans l’éducation

Responsables de l’atelier:  FASSA Farinaz, GIANETTONI Lavinia, PERRY Véronique

Session 1: Mercredi 29.08.2012 16h30-18h00
Orientation professionnelle
Présidence : GIANETTONI Lavinia

CARVALHO ARRUDA Carolina, GAUTHIER Jacques-Antoine, GIANETTONI Lavinia, GUILLEY Edith, ISSAIEVA MOUBARAK-NAHRA Elisabeth, JOYE Dominique & MUELLER Karin
Les aspirations professionnelles des adolescent-e-s en Suisse : Une interaction entre genre, classe sociale et origine nationale

Session 6: Samedi 01.09.2012 16h30-18h00
Pratiques des prof. et doing gender
Présidence : STORARI Chiara

FASSA Farinaz & STORARI Chiara
Le sexisme, c’est les autres

ISSAIEVA MOUBARAK-NAHRA Elisabeth, GUILLEY Edith, GIANETTONI Lavinia, GAUTHIER Jacques-Antoine, JOYE Dominique, CARVALHO ARRUDA Carolina & MUELLER Karin
Les aspirations professionnelles des filles et des garçons : entre idéologies sexistes des enseignant-e-s et origine sociale des élèves

Atelier 19. Groupes professionnels, métiers et professions

Responsables de l’atelier: JARTY Julie, LAPEYRE Nathalie, LE FEUVRE Nicky, ZINN Isabelle

Session 1: Mercredi 29.08.2012 16h30-18h00
Métiers de service
Présidence : BATAILLE Pierre

ZINN Isabelle
L’imbrication du sexe, du genre et de l’orientation sexuelle dans l’étude des « masculinités » au travail : le cas des fleuristes et des bouchers/ères

Session 6: Samedi 01.09.2012 16h30-18h00
Formations et professions supérieures
Présidence : ZINN Isabelle

BATAILLE Pierre
Charge, stigmate, atout ou rente ? Genre, capital culturel et usages sociaux des titres de noblesse scolaire sur le marché du travail. Le cas des ancien-ne-s élèves des ENS de Fontenay, Saint-Cloud et Lyon (1981-1987)

Atelier 22. Régulation politique des inégalités

Session 3: Jeudi 30.08.2012 16h30-18h00
Etat et politiques publiques II
Présidence : CÔTÉ Denyse

TABIN Jean-Pierre & PERRIARD Anne
L’investissement social, nouveau mode de (re)production de la domination masculine