Cover image courtesy of Cambridge University Press

Combiner données qualitatives et quantitatives : les apports de LIVES dans un workshop et un livre

Un workshop de deux jours aura lieu les 9 et 10 février 2015 à l’Université de Bielefeld. A côté de chercheurs basés en Allemagne, la vice-directrice du PRN LIVES est une des organisatrices. Elle est également co-auteure d’un chapitre sur les méthodes mixtes dans un livre collectif récemment publié aux Presses universitaires de Cambridge.

« Une bonne recherche par méthodes mixtes nécessite de connaître les deux approches méthodologiques ainsi que les défis méthodologiques, théoriques et analytiques spécifiques à l’intégration d’approches logiques différentes » : le workshop Beyond methodological dualism: Combining qualitative and quantitative data (au delà du dualisme méthodologique: combiner des données qualitatives et quantitatives) organisé au Centre pour la recherche interdisciplinaire (ZIF) de l’Université de Bielefeld en février prochain promet d’explorer le potentiel des méthodes mixtes sur la base d’études concrètes dans les domaines du marché du travail, des inégalités sociales, de la famille et des migrations. Soutenu par l’Institut allemand pour la recherche sur l’emploi (IAB), l’Institut allemand pour la recherche en économie (DIW Berlin) et le Pôle de recherche national LIVES, l’événement réunira des conférences plénières et des ateliers méthodologiques et thématiques.

La Prof. Laura Bernardi, vice-directrice du PRN LIVES, a proposé la session sur la famille. Elle a une longue expérience en méthodes mixtes, qu’elle applique maintenant à sa recherche sur les familles monoparentales en Suisse. Quand elle travaillait à l’Institut Max Planck pour la recherche démographique à Rostock (Allemagne) entre 2003 et 2009, elle a utilisé cette approche pour étudier l’influence des réseaux sociaux et familiaux sur les choix individuels de fécondité.

Cette recherche1 s’est penchée sur les partenaires de couples nés en Allemagne de l’Est et de l’Ouest qui ont atteint l’âge adulte au début des années 90. Elle est résumée dans un chapitre du livre Mixed Methods Social Networks Research, Design and Applications (Recherche sur les réseaux par méthodes mixtes. Conception et applications) qui a paru récemment aux Presses universitaires de Cambridge. Ce papier montre comment l’approche qualitative enrichit les données quantitatives, qui à elle seules ne sauraient décrire des aspects tels que les perceptions individuelles, les expériences et l’organisation familiale, ainsi que les mécanismes sociaux de soutien, d’apprentissage, de pression et de contagion qui sont en jeu dans la décision de faire un enfant.

L’approche quantitative quant à elle a permis de construire une typologie des réseaux et apporté une perspective structurelle. Les auteurs soulignent le défi pour des chercheurs issus de la tradition soit purement quantitative, soit entièrement qualitative, de surmonter leurs différences épistémologiques. « Il ne faut pas sous-estimer le processus de négociation nécessaire afin de trouver la bonne solution au moment de la conception d’une étude par méthodes mixtes », avertissent les auteurs. Ils défendent cependant l’idée que les méthodes mixtes possèdent « une force unique » qui mérite qu’on qu’attaque à ce challenge.

Au sein du PRN LIVES, plusieurs projets recourent aux méthodes mixtes sur des sujets comme la famille, la migration, le travail ou le vieillissement. Quelques chercheurs LIVES partageront leur expérience lors du workshop de Bielefeld : Emanuela Struffolino évoquera son approche méthodologique dans le cadre d’une étude sur les trajectoires professionnelles au moment de la transition à la parentalité, Andrés Gomensoro présentera sa méthode de recherche – « entre trajectoires et narrations » - sur les parcours de formation des enfants de la seconde génération de migrants, et Marthe Nicolet décrira comment elle a mêlé analyse quantitative et analyse de contenu dans une recherche sur les annonces mortuaires en Valais.

  • 1. Bernardi, L., Keim, S., Klärner, A. (2014). Social Networks, Social Influence, and Fertility in Germany: Challenges and Benefits of Applying a Parallel Mixed Methods Design. In Dominguez, S. & Hollstein, B., Mixed Methods Social Networks Research. Design and Applications (p. 121-152). Cambridge (UK): Cambridge University Press.